ORGIE VISUELLE ET APOCALYPSE SCÉNARISTIQUE

x-men-apocalypse-affiche-film-2016

© Twentieth Century Fox

Le très attendu « X-Men : Apocalypse » est enfin sorti dans nos salles ! Le dernier opus de la nouvelle trilogie a vu le retour de Bryan Singer aux manettes. Après « Days Of Future Past », que vaut ce nouvel opus ?

Le synopsis

Depuis les origines de la civilisation, Apocalypse, le tout premier mutant, a absorbé de nombreux pouvoirs, devenant à la fois immortel et invincible, adoré comme un dieu. Se réveillant après un sommeil de plusieurs milliers d’années et désillusionné par le monde qu’il découvre, il réunit de puissants mutants dont Magneto pour nettoyer l’humanité et régner sur un nouvel ordre. Raven et Professeur X vont joindre leurs forces pour affronter leur plus dangereux ennemi et sauver l’humanité d’une destruction totale.

DIX ANS APRES DAYS OF FUTURE PAST

Dans « Days Of Future Past », des robots sentinelles avaient été créés dans le but d’éradiquer les mutants de la surface de la Terre. Cette fois-ci, c’est une apocalypse se déroulant dans les années 80 qui est au centre de ce nouvel opus. La menace cette fois-ci remonte à 5000 ans plus tôt en Egypte. La scène d’ouverture est inattendue et ambitieuse : on survole une gigantesque pyramide autour de laquelle se massent des milliers d’admirateurs priant leurs idoles. Dans une tombe au sous-sol de la pyramide se déroule un rituel durant lequel un homme est couché sur un autel. Certains humains semblent être contre ce rituel qu’ils parviennent à arrêter in extremis. Les conspirateurs se font piéger et enfermer avec les mutants dans la tombe qui finit par s’écrouler et submerger tout ce petit monde. Le super-méchant du nom d’Apocalypse n’en a pourtant fini de faire craindre le pire aux habitants de la Terre…

x-men-critique-apocalypse-film-2016

© Twentieth Century Fox

Ce méchant concentre tous les pouvoirs possibles qu’il a réussis à acquérir au fil des siècles. Il est une sorte de père fondateur de toutes les générations de mutants qui l’ont suivi. Son retour au milieu des années 1980 va être l’occasion pour lui de constater que le monde est devenu faible et qu’il est temps qu’il reprenne le pouvoir. Il veut fonder un nouveau Monde qui sera dominé par ses semblables qui lui auront prêté allégeance. Le film est teinté d’Histoire tout au long de son déroulement : de l’Egypte Antique, on passe aux camps d’Auschwitz en un rien de temps avec peu de finesse.

Dans la chronologie de cette trilogie, ce dernier opus se déroule tout juste dix ans après les événements de Washington qui sont devenus une référence pour la jeune génération de mutants. Mystique est devenue une égérie (décidément Jennifer Lawrence est souvent érigée en symbole de résistance comme dans Hunger Games). Quand au Professeur Xavier, il n’a pas encore perdu ses cheveux mais il se consacre pleinement à son projet d’école des Futurs Mutants. On est donc à la genèse d’une nouvelle génération de Mutants qui est en fait celle des premiers volets de la saga du début des années 2000. On va ainsi voir l’éclosion en tant que mutants de Jean (incarnée par Sophie Turner, la Sansa de Game Of Thrones), de Cyclope, Tornade ou encore Diablo. Les « anciens » mutants sont quant à eux dispersés et Magnéto s’est exilé au fin fond de la Pologne où il mène une vie bucolique d’ouvrier dans une fonderie. Comme souvent chez Marvel, un super-héros ou mutant joue le marginal et aujourd’hui, c’est au tour de Magnéto. Sa vie paisible va se stopper nette lorsqu’il sauve l’un de ses collègues en lui évitant d’être écrasé par un contenant en fonte, dévoilant ainsi ses pouvoirs aux yeux de tous …

UN SCÉNARIO FAIBLARD

On retrouve également Moira MacTaggert, agent de la CIA qui a mené une romance avec le Professeur X, et qui est celle qui va assister en Egypte au réveil d’Apocalypse. Charles Xavier ayant senti le danger se profiler va alors interroger Moira  qui va leur dévoiler tout un tas d’informations classées secret-défense alors qu’elle ne se souvient pas du tout avoir connu le Professeur, celui-ci ayant effacé sa mémoire pour la protéger … Entre temps, Magnéto pourchassé par les humains a vu sa femme et sa fille se faire tuer sous ses yeux  (il fallait bien justifier le fait que Magnéto rejoigne ensuite les rangs d’Apocalypse).

>> Découvrez ma critique de X-Men : Days Of Future Past <<

Suivent ensuite les rituels inhérents à tous les films de ce genre faits de combats ahurissants, de scènes surréalistes, et de retournements de situation prévisibles. Tout cela pour en arriver à un dénouement qu’on connaissait tous dès le départ : les Mutants finissent par vaincre le méchant Apocalypse tant bien que mal … La bonne idée de ce nouvel opus est ce méchant vraiment convaincant et qui, au début, nous fait presque croire qu’il est invincible. Impressionnant, il nous offre quelques scènes de retournements de cerveaux assez grandioses. Malheureusement, le film est trop inégal pour convaincre totalement. L’introduction est parfois laborieuse, et la suite est bien plus convaincante. Malheureusement, la fin traîne en longueurs pour nous offrir un dénouement prévisible et sans saveur.

jennifer-lawrence-x-men-apocalypse-film-2016-critique

© Twentieth Century Fox

Le scénario du film n’est pas au niveau de ses prédécesseurs : beaucoup moins ambitieux, il surprend moins dans son déroulement. Les mutants les plus connus du grand public sont de retour même si ils ne sont pas toujours utilisés de manière très convaincante. La réalisation de Bryan Singer est une vraie réussite et permet en partie de faire oublier la légèreté du scénario. Les effets spéciaux sont bien entendu renversants et immersifs au possible. J’ai ainsi adoré la séquence avec QuickSilver, le mutant le plus rapide au Monde qui sauve des dizaines de jeunes étudiants de l’explosion de leur Université sur fond de Sweet Dreams d’Eurithmics. Le rythme est élevé et on ne s’ennuie presque pas devant le film si ce n’est à son dénouement.

Oscar Isaac interprète donc le terrible Apocalypse et il est … méconnaissable ! Il faut dire que derrière le maquillage et les effets spéciaux, un autre acteur ou lui n’aurait pas changé grand chose ! Si son personnage est physiquement impressionnant, il se montre très limité quant à ses intentions aux justifications douteuses. Le Professeur Xavier, Mystique et Magnéto continuent quant à eux de confronter leurs visions du bien et du mal. Michael Fassbender est toujours aussi convaincant dans la peau d’un Magnéto aux pouvoirs impressionnants. Jennifer Lawrence, James McAvoy ou Sophier Turner sont tout aussi convaincants et impliqués.

La bande-annonce

Edgar La Gâchette

X-MEN : APOCALYPSE : LA CRITIQUE
Ce nouveau X-Men est donc un divertissement maîtrisé et dynamique. Si il ne brille pas par son scénario, le nouveau film de Bryan Singer est une vraie réussite au niveau du visuel et des effets spéciaux. Les acteurs sont impliqués et l'introduction des nouveaux Mutants est une vraie réussite.
Image / Mise en scène9
Acteurs / Personnages 8
Scénario4
Rythme6
Bande-son7
Émotion / Empathie 8
Les plus
  • Un casting cinq étoiles
  • Un visuel bluffant et maîtrisé
Les moins
  • Un scénario peu entraînant
7Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.