BOURRIN ET PEU COHÉRENT

574116.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

© Universal Pictures International France

Warcraft, c’est un projet ambitieux qui adapte l’une des plus célèbres franchises de jeu vidéo. Réalisé par Duncan Jones, le film est sorti dans nos salles et avait comme défi de passer après moults adaptations désastreuses de jeu vidéo au cinéma.

Le synopsis

Le pacifique royaume d’Azeroth est au bord de la guerre alors que sa civilisation doit faire face à une redoutable race d’envahisseurs: des guerriers Orcs fuyant leur monde moribond pour en coloniser un autre. Alors qu’un portail s’ouvre pour connecter les deux mondes, une armée fait face à la destruction et l’autre à l’extinction. De côtés opposés, deux héros vont s’affronter et décider du sort de leur famille, de leur peuple et de leur patrie.

DUNCAN JONES LE FAN

L’univers de Warcraft est donc celui du Monde d’Azeroth dans lequel se côtoient humains, Orcs et autres nains. Les créateurs ont pris l’initiative de rendre la saga accessible même à ceux qui n’ont pas joué au célèbre jeu vidéo. Ils reprennent ici les événements du premier opus de la franchise de Blizzard Entertainment. L’histoire est ici principalement centrée autour des Orc, ces espèces de gros bonshommes bruts et impressionnants physiquement. Ils aiment se battre et sont contraints de fuir leur terre à l’aide d’un portail magique créé par leur chef, Dul’Gan, un sorcier qui se nourrit des vies innocentes afin d’alimenter le fameux portail. Les Orcs débarquent alors sur la planète d’Azeroth dans le but ultime de la conquérir. Les humains qui y vivent ne comptent bien entendu pas se laisser faire. On va donc avoir droit à une confrontation entre deux races qui va marquer le début d’une rivalité pérenne.

579921.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

© Universal Pictures International France

Duncan Jones est à la réalisation de ce film et cela ne pouvait qu’être un argument de poids puisque pour rappel, c’est lui qui a réalisé le très bon « Moon ». De plus, il est également un fan de la saga de Blizzard. L’amour qu’il a pour la saga se ressent à l’écran puisqu’il respecte très (trop?) fidèlement l’esprit de celle-ci. On y retrouve ainsi le même humour dans les dialogues avec un style qui ne se prend pas trop au sérieux. L’univers est parfaitement retranscrit à l’écran même si les effets spéciaux sont plutôt perturbants au début. On a en effet comme l’impression d’être devant le jeu vidéo et non pas dans une salle de cinéma. Une fois que la rétine s’est habituée, le visuel se montre plutôt convaincant et souvent spectaculaire.

UN CASTING HUMAIN PEU CONVAINCANT

Malheureusement, malgré la passion qu’il y met, le film est loin d’être exempt de tout reproche. Les transitions entre les scènes au sein de la horde et celles au sein de l’Alliance sont amenées de manière lamentable. Le montage n’est vraiment pas à la hauteur d’autant plus que les scènes nous offrent des ambiances vraiment très différentes. Les décors (et non pas les paysages) et les costumes ne sont pas d’aussi bonne qualité et semblent quelque peu avoir été délaissés au profit des effets spéciaux au budget monstrueux.

501708.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

© Universal Pictures International France

Travis Fimmel tient le rôle principal du film. L’acteur de Vikings tient bien son rôle, malgré le fait que son personnage manque parfois un peu de profondeur à mon goût. Les autres humains sont quant à eux encore moins gâtés avec des lignes de dialogues assez faibles et un jeu pas franchement convaincant. Paula Patton incarne une « sang-mêlé » du nom de Garona et sort un peu du lot alors que Ben Schnetzer ou Ben Foster sont beaucoup moins convaincants. L’aspect visuel des Orcs est vraiment réussi et ceux-ci sont impressionnants.

La bande-annonce

Edgar La Gâchette

WARCRAFT : LE COMMENCEMENT : LA CRITIQUE
Un film très inégal donc qui ne brille sur aucun point. Les acteurs sont peu charismatiques, les décors et costumes décevants. Seuls les effets spéciaux permettent au film de tenir un minimum la distance. Un film à voir pour les fans de la saga mais pas franchement indispensable pour les autres ...
Image / Mise en scène6
Acteurs / Personnages3
Scénario4
Bande-son5
Rythme6
Émotion / Empathie 6
Les plus
  • Travis Fimmel
  • Des Orcs impressionnants
  • Un univers respecté
Les moins
  • Décors et costumes décevants
  • Le casting humain peu convaincant
5Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.