UN FILM HUMAIN ET POIGNANT

room-affiche-film-oscars-2016

© Universal Pictures

Récompensé à la  dernière cérémonie des Oscars par le biais de son actrice principale Brie Larson qui y a reçu le prix d’interprétation féminine, ce huis-clos avait créé la surprise, mais le moins que l’on puisse dire, c’est que son succès est mérité.

Le synopsis

Jack, 5 ans, vit seul avec sa mère, Ma. Elle lui apprend à jouer, à rire et à comprendre le monde qui l’entoure. Un monde qui commence et s’arrête aux murs de leur chambre, où ils sont retenus prisonniers, le seul endroit que Jack ait jamais connu. L’amour de Ma pour Jack la pousse à tout risquer pour offrir à son fils une chance de s’échapper et de découvrir l’extérieur, une aventure à laquelle il n’était pas préparé.

D’ABORD UN HUIS-CLOS OPPRESSANT

Ce film est adapté du roman d’Emma Donaghue et se déroule dans sa première partir uniquement dans une pièce de seulement 8m² dans laquelle vivent une jeune femme qui avait été enlevée sept ans auparavant ainsi que son fils de cinq ans qui n’a donc rien connu d’autre que cette chambre exiguë comme terrain de jeu … Cette première partie du film nous montre la difficulté d’élever un enfant bercé entre le réel et l’imaginaire. Sa seule ouverture sur le Monde, c’est la télévision concernant laquelle sa mère lui fait croire que tout ce qui y est diffusé n’existe pas vraiment. Après que le garçon ait fêté ses cinq ans, sa mère décide qu’il est temps d’en finir et de s’échapper.

room-film-critique-brie-larson-jacob-tramblay-histoire-vraie

© Universal Pictures

Elle lui révèle alors la vérité : il existe un monde dehors dans lequel se côtoient des milliards d’êtres humains, d’animaux et de plantes. Une réalité que le jeune garçon a beaucoup de mal à accepter tant il a été façonné à l’idée qu’il n’existait rien d’autre au monde que cette chambre … Elle va donc élaborer un véritable plan d’évasion qui met en danger son fils mais qui est le seul moyen de le sauver. Cette scène est d’une intensité remarquable et pleine de suspens.

435522.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

© Universal Pictures

PUIS UNE LIBÉRATION ANGOISSANTE

La seconde partie du film est tout aussi intéressante. J’avais peur que le film ne s’arrête là, mais il est intelligent et s’attache aussi à nous décrire l’après-évasion et la difficulté pour cette mère et son fils de reprendre le cours d’une vie normale. Si dans un premier temps c’est Jack qui va avoir beaucoup de mal à s’habituer au monde extérieur, les rôles vont ensuite s’inverser. L’enfant va alors tenter de protéger sa mère devenue très fragile. Elle souffre de paranoïa, a beaucoup de mal à accepter la séparation de ses parents et les sept ans qu’elle a perdus dans sa chambre, et ressent beaucoup de pression de la part des médias qui s’intéressent à son incroyable histoire et lui posent parfois des questions très maladroites.

183439.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

© Universal Pictures

On comprend très bien la difficulté pour  ce duo qui a vécu protégé pendant toutes ces années au sein de cette cabane et dans laquelle la relation mère-fils régissait tout le quotidien, de se confronter à un monde plus complexe plein de libertés qu’ils ont encore du mal à appréhender. Le réalisateur Lenny Abrahamson nous offre une mise en scène brillante, permettant aux émotions de se développer sans excès et sans jamais tomber dans le sensationnalisme. La caméra filme le point de vue de Jack qui est également le narrateur plein de naïveté de cette histoire.

184220.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

© Universal Pictures

Le jeune Jacob Tremblay est véritablement LA révélation de ce film. Le jeune garçon est bluffant de justesse, là où la plupart des acteurs de son âge se montrent souvent excessifs et agaçants. Il crève l’écran et aurait également mérité une récompense aux Oscars. Brie Larson nous offre également une performance de haut-vol et mérité clairement son Oscar de meilleure actrice. Elle nous emmène dans un torrent d’émotions et parvient parfaitement à nous les communiquer.

La bande-annonce

Edgar La Gâchette

ROOM : LA CRITIQUE
Ce film initiatique nous marque donc par sa profondeur et son intelligence. Car il ne s'agit pas seulement de nous montrer la vie de ce binôme dans une chambre de 8m² ainsi que leur évasion, mais également de nous montrer comment survivre à l'après-évasion. L'approche sensible de l'univers de Jack qui crée toute la narration du film est émouvante et pleine de subtilité. Un film plein de grâce à côté duquel il ne faut surtout pas passer ...
Image / Mise en scène8
Scénario9
Acteurs / Personnages 10
Bande-son8
Rythme8
Émotion / Empathie9
Les plus
  • Brie Larson et Jacob Tremblay, un duo sensible et impeccable
  • Une histoire incroyable
  • Une réalisation pleine de subtilité
8.7Note Finale

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.