RETOUR RÉUSSI POUR JACK SPARROW

pirates-des-caraibes-vengeance-salarar-2017-affiche-film

© The Walt Disney Company France

Souvenez-vous, c’était en 2003 … Pirates des Caraïbes débarquait sur nos écrans et connaissait alors un succès considérable au box-office. Disney s’est alors empressé de multiplier les suites en 2006, 2007 et 2011. La franchise a peu à peu pris l’eau s’éloignant fortement de ce qui avait fait la réussite du premier opus. Ce cinquième opus a donc la lourde tâche de faire revenir la franchise sur de bons rails …

Le synopsis

Les temps sont durs pour le Capitaine Jack, et le destin semble même vouloir s’acharner lorsqu’un redoutable équipage fantôme mené par son vieil ennemi, le terrifiant Capitaine Salazar, s’échappe du Triangle du Diable pour anéantir tous les flibustiers écumant les flots… Sparrow compris ! Le seul espoir de survie du Capitaine Jack est de retrouver le légendaire Trident de Poséidon, qui donne à celui qui le détient tout pouvoir sur les mers et les océans. Mais pour cela, il doit forger une alliance précaire avec Carina Smyth, une astronome aussi belle que brillante, et Henry, un jeune marin de la Royal Navy au caractère bien trempé. À la barre du Dying Gull, un minable petit rafiot, Sparrow va tout entreprendre pour contrer ses revers de fortune, mais aussi sauver sa vie face au plus implacable ennemi qu’il ait jamais eu à affronter…

L’histoire se déroule vingt ans après les débuts de l’épopée Pirates des Caraïbes : Jack Sparrow est toujours le même pirate fantasque qui enchaîne les mauvais coups et les maladresses à une vitesse déconcertante. La scène d’ouverture permet de se remémorer ce personnage si fantasque et attachant. La bouteille de rhum greffée à la main, on le retrouve bloqué dans un coffre au trésor que les notables d’un petit village étaient fiers de présenter à la population locale comme inviolable et ultra-sécurisé. On prend tout de suite un certain plaisir à retrouver ce personnage devenu culte au fil des films.

Mais son destin va très vite s’assombrir lorsqu’un certain Salazar sort du Royaume des Morts pour se venger de lui. Pour cela, il doit mettre la main sur le sceptre de Poséidon qui lui permettra de réaliser tous ses voeux. En parallèle, deux jeunes héros, Henry et Carina se sont eux aussi lancés dans cette quête désespérée.

jack-sparrow-2017-johnny-depp-film-critique-pirates-des-caraibes-

© The Walt Disney Company France

La grande réussite de ce film c’est qu’il réussit à se débarrasser des lourdeurs scénaristiques qui avaient pu ternir ses prédécesseurs. Joachim Ronning et Espen Sandberg reprennent tout de zéro et remettent du rythme à cette licence qui en manquait cruellement. On est clairement face au pur produit hollywoodien qui offre à ses spectateurs un bon moment en famille. Les scènes d’action sont très réussies et rivalisent d’inventivité. La mise en scène est soignée et beaucoup plus aboutie que pour les films précédents.

Johnny Depp est toujours égal à lui-même : il en fait parfois un tantinet trop, mais il est clair que ce rôle lui colle à la peau. Le binôme de jeunes acteurs incarné par Brenton Thwaites et Kaya Scodelario est convaincant quoiqu’un peu trop lisse à mon goût. Javier Bardem incarne quant à lui le méchant idéal : inquiétant et effrayant, il fait preuve une fois de plus de beaucoup de talent dans son interprétation.

javier-bardem-film-pirates-des-caraibes-vengeance-salazar-critique

© The Walt Disney Company France

La bande-annonce

Edgar La Gâchette

PIRATES DES CARAÏBES : LA VENGEANCE DE SALAZAR : LA CRITIQUE
Retour réussi pour Jack Sparrow donc alors qui remonte la pente après quelques errances. Si on n'assiste pas au meilleur film de la franchise, on prend vraiment du bon temps devant ce film divertissant et réussi.
Image / Mise en scène8
Scénario6
Acteurs / Personnages6
Bande-son7
Rythme7
Émotion / Empathie7
Les plus
  • Un film rythmé
  • Des scènes d'action réussies
  • Un Jack Sparrow égal à lui-même
Les moins
  • Un binôme d'acteurs un peu trop lisse
6.8Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.