MACGYVER : LA CRITIQUE DU PILOTE
Image / Mise en scène3
Scénario2
Acteurs / Personnages 3
Rythme7
Émotion / Empathie 2
3.4Note Finale

QUAND MACGYVER SE LOUPE !

macgyver-série-affiche-2016

© CBS

De toutes les nouvelles séries qui doivent débarquer en cette rentrée, la nouvelle formule de MacGyver était sûrement celle que j’attendais le moins. Je me suis lancé dans ce pari un peu fou de laisser une chance à cette série et le résultat est malheureusement à la hauteur de mes faibles attentes !

Le synopsis

Agé d’une vingtaine d’années, MacGyver, qui possède un don unique pour la débrouille et des méthodes peu orthodoxes pour parvenir à ses fins, travaille pour le gouvernement au sein d’une organisation secrète dont le but est de sauver des vies.

Reboot de la série MacGyver des années 1980 avec Richard Dean Anderson.

CBS l’a donc fait ! En revisitant MacGyver, ils nous ont offert ce qui est sûrement l’un des plus gros échecs de cette rentrée en matière de qualité, puisqu’il semble que niveau audiences, la série ait trouvé son public … Le héros des années 1980 est donc de retour avec ses techniques de débrouille qui ont fait rêver toute une génération. Pour rappel, la série originale avait permis de révéler Richard Dean Anderson et avait fonctionné durant sept saisons entre 1985 et 1992. Elle avait permis de faire entrer son personnage dans la culture populaire en tant que roi du système D.

macgyver-critique-série-2016-remake

© CBS

La version 2016 reprend donc les codes de la série originale avec de nouveaux personnages mais surtout un tout nouveau MacGyver incarné par Lucas Till. Cet épisode plante le décor à l’aide de la voix off de MacGyver lui-même (un procédé un peu lourd). Notre héros a d’ailleurs 20 ans en moins que le héros des années 1980. Ce remake est malheureusement aussi insipide qu’on aurait pu le craindre. L’épisode s’ouvre dans une soirée luxueuse, MacGyver déboulant dans une voiture de collection. D’un calme olympien, il parvient à éviter les balles avec une facilité déconcertante et surtout pas du tout crédible.

Ses trois collègues complètent son savoir-faire mais sont relativement invisibles. Cet épisode nous offre tous les clichés et toutes les lourdeurs qu’on pouvait craindre. La voix off nous prend pour des débiles en expliquant tout, les dialogues sont creux au possible « Vas-y Mac ! A toi de jouer ! » et l’intrigue n’a rien de palpitant. Pour couronner le tout, on a le droit à des flashbacks qui nous montrent le début de l’épisode comme si on était amnésiques … Enfin, les matériels et objets utilisés par Mac sont nommés en toute lettre à l’écran (Bonjour, Dora l’Exploratrice !).

Le trailer

JE ZAPPE OU JE MATE ? JE ZAPPE !

Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez nos 22 abonnés.

Sélectionner une ou plusieurs listes :

Edgar La Gâchette

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.