LA RÉVÉLATION PARADOT

la-tête-haute-affiche-film-2015-rod-paradot

© Les Films du Kiosque

Présenté en ouverture du dernier Festival de Cannes, le film d’Emmanuelle Bercot est un drame social dans la même veine que l’excellent Mommy de Xavier Dolan. Un film qui marque la révélation du jeune Rod Paradot. 

Le synopsis

Le parcours éducatif de Malony, de six à dix-huit ans, qu’une juge des enfants et un éducateur tentent inlassablement de sauver.

UN SUJET DIFFICILE

Le sujet est forcément difficile puisqu’on suit ici le parcours du jeune Malony, un adolescent violent et turbulent, au parcours familial pour le moins compliqué. Retiré de la garde de sa mère alors qu’il avait six ans, il va vivre dans un foyer d’accueil avant de commettre ses premiers actes de délinquance. La première scène est filmée à hauteur d’enfants et donc très immersive. Une scène plutôt bien fichue qui nous laisse entrevoir de belle choses. La réalisatrice parvient à capter les émotions sur les visages et les réactions d’un bébé et d’un petit garçon blondinet tandis que les adultes crient plus forts les uns que les autres. Le jeune Malony grandit et tombe dans la délinquance. Entre rendez-vous chez la juge pour enfants et séjours en foyers, sa vie est ponctuée d’épisodes judiciaires. La relation entre la juge pour enfants et Malony est très touchante et nous permet d’avoir une autre vision du système judiciaire.

rod-paradot-la-tête-haute-critique

© Les Films du Kiosque

L’environnement familial décrit par Emmanuelle Bercot est sombre et particulièrement déprimant. La mère de Malony est une véritable épave débordée par ses deux enfants qu’elle élève seule. Son comportement a créé un monstre dont elle doit désormais assumer les conséquences. Ce qui est dommageable au film, c’est que la réalisatrice nous offre un point de vue totalement neutre et essaie peut-être de trop vouloir contenter tout le monde. En faisant cela, elle s’ôte la possibilité de donner à son film une toute autre vigueur.

catherine-deneuve-la-tête-haute-critique-film-2015

© Wild Bunch Distribution

UN FILM PLEIN DE MALADRESSES

Si le sujet abordé est fort, l’aspect cinématographique l’est beaucoup moins. Beaucoup de maladresses et de caricatures parsèment le film. On a également le droit à beaucoup de répétitions comme ces scènes de bagarres répétées qui n’apportent finalement pas grand chose au récit à part nous montrer à quel point ces jeunes sont en perdition. De même, les allers-retours chez la juge sont tellement répétitifs qu’ils finissent par lasser. Dommage également que l’hystérie soit à ce point présente : tout le monde crie tout au long du film comme pour bien insister sur le fait que le sujet est grave. Néanmoins, le film a quand même une certaine consistance et nous permet d’assister à quelques scènes sous haute tension.

Le film m’en a rappelé deux autres. Tout d’abord, je trouve qu’il se rapproche de Polisse de par sa construction et son écriture. Surtout, son thème est très proche de l’excellent Mommy, mais n’en atteint malheureusement pas le niveau. Car là où Dolan parvenait à offrir un point de vue fin et différent sur la délinquance adolescente, Bercot nous offre un point de vue plus simpliste et parfois caricatural. Le film connaît également certaines longueurs très embarrassantes. Le happy-ending est quant à lui malvenu et amené de manière trop maladroite pour qu’on y croit. La rédemption de Malony ? Son enfant qu’il décide d’assumer à 17 ans. Une négation de la responsabilité parentale déccevante après un tel film.

rod-paradot-benoît-magimel-tête-haute-film-2015

© Les Films du Kiosque

Le film est l’occasion de découvrir le jeune Rod Paradot qui tient le premier rôle du long-métrage. Sa prestation est viscérale bien que parfois caricaturale. Il reste néanmoins la grande révélation du film et semble avoir un avenir déjà très prometteur. Catherine Deneuve est égale à elle-même, monotone au possible, mais son personnage est attachant et aurait mérité un peu plus de profondeur. Benoît Magimel est quant à lui très convaincant dans son rôle d’éducateur repenti. Quant à Sara Forestier, sa prestation est certainement la plus décevante : caricaturale au possible, elle ne nous procure finalement que trop peu d’émotions alors que son personnage nous laissait entrevoir de très belles choses.

rod-paradot-révélation-tête-haute-cannes-2015-critique

© Wild Bunch Distribution

La bande-annonce

Edgar La Gâchette

LA TÊTE HAUTE : LA CRITIQUE
Un film qui ne vous laissera clairement pas de glace. Porté par la révélation Rod Paradot, le long-métrage d'Emmanuelle Bercot nous entraîne au coeur d'un sujet sensible et forcément prenant. Malheureusement, il manque au film ce petit souffle de cinéma qui l'aurait fait passer dans une autre catégorie.
Image7
Scénario4
Acteurs8
Bande-son5
Rythme3
Les plus
  • Rod Paradot : LA révélation !
  • Un thème difficile et prenant
Les moins
  • Les multiples répétitions
  • Un côté trop caricatural
5.4Note Finale

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.