LA DÉCEPTION DERRIÈRE LA PORTE !

knock-knock-affiche-2015

© Square One / Universum

A mi-chemin entre la comédie et le film d’horreur, Knock Knock n’a pas fait beaucoup de bruit et on pourrait presque penser que le film n’était pas franchement une fierté pour le distributeur qui n’a donc que très peu communiqué dessus. Il faut dire que le film nous offre un très piètre spectacle …

Le synopsis

Un soir d’orage, un architecte, marié et bon père de famille, resté seul pour le weekend, ouvre sa porte à 2 superbes jeunes femmes mal intentionnées…

UN SCÉNARIO LÉGER

Le dernier film en date d’Eli Roth a fait étonnamment peu de bruit depuis sa sortie dans nos salles. Il faut dire qu’il repose sur un scénario plus que léger qui aurait pu suffire pour un court-métrage mais se montre largement insuffisants pour un long. Le film est tiraillé entre les genres de la comédie du thriller et de l’horreur. Côté comédie, il est vrai que le film nous offre quelques éclats de rire mais davantage pour son scénario risible et ses personnages grotesques. L’idée de base est peu glorieuse puisqu’il s’agit de réaliser le fantasme de beaucoup d’hommes : deux jeunes filles égarées en pleine nuit viennent frapper à la porte d’un père de famille seul chez lui alors que sa femme et ses enfants sont partis en week-end.

>> Découvrez la bande-annonce de Hail, Caesar : le nouveau film événement des frères Coen ! <<

302289.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

© Square One / Universum

S’en suivra un plan à trois que l’homme va très vite regretter. Car dès le lendemain, les jeunes filles vont lui montrer un tout autre visage bien plus menaçant. Dès lors, il va vivre un véritable enfer : torturé, violé et menacé, elles vont lui faire regretter son adultère. Eli Roth est clairement assagi : le réalisateur de Hostel nous avait habitués à bien plus gore sur grand écran. Il nous offre un film lourd au possible et qui manque totalement de finesse tant quant à son jeu, qu’à ses personnages ou ses dialogues. Tout est très appuyé comme cette vision de la famille parfaite qui a des portraits d’elle dans les quatre coins de la maison. La scène d’introduction qui permet d’ailleurs de nous présenter cette famille est écœurante au possible tellement elle nous accable d’image positives à outrance.

keanu-reeves-lorenza-izzo-ana-de-armas-knock-knock-2015-critique

© Square One / Universum

DES PERSONNAGES INSUPPORTABLES

A contrario, les deux jeunes femmes qui vont mettre à mal ce paradis familial ont des noms de strip-teaseuses (Genesis et Bel!) et s’habillent comme telles. La situation qui les amène chez le père de famille est risible au possible et si peu crédible qu’on n’arrive pas à croire que l’homme tombe si facilement dans le panneau.  La manière dont les jeunes femmes se jettent sur ce père de famille est gênante et grossière au possible. Surtout, le prétexte trouvé par les jeunes femmes pour justifier leurs actes est d’une pauvreté consternante.

>> Découvrez ma critique du premier épisode d’American Horror Story : Hotel avec Lady Gaga ! <<

lorenza-izzo-knock-knock-2015-critique

© Square One / Universum

Si Keanu Reeves est plutôt convaincant mais sans pour autant nous épater, les deux jeunes filles qui l’accompagnent se montrent souvent agaçantes dû à leurs rôles caricaturaux. Lorenza Izzo et Ana de Armas ont certainement du talent à revendre mais ne sont clairement pas aidés par leurs personnages et par les dialogues. Lorenza Izzo est pour autant celle qui s’en sort le mieux.

La bande-annonce

Edgar La Gâchette

KNOCK KNOCK : LA CRITIQUE
Voilà donc un film qui n'a pas grand chose à nous offrir et qui aurait certainement plus sa place en diffusion télé que sur grand écran. Si l'idée de base pouvait éventuellement séduire, la réalisation qui en est faite est d'une pauvreté scénaristique rare. Dommage ...
Image / Mise en scène5
Scénario1
Acteurs / Personnages2
Bande-son3
Rythme4
Les plus
  • Une idée de base plutôt séduisante
Les moins
  • Des dialogues creux
  • Un scénario sans épaisseur
3Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.