DU PUR DOLAN

juste-la-fin-du-monde-affiche-film-2016

© Sons of Manual

Xavier Dolan est un réalisateur troublant qui arrive toujours à nous déstabiliser. Son nouveau film nous fait penser à un spleen romanesque rempli de silences …

Le synopsis

Après douze ans d’absence, un écrivain retourne dans son village natal pour annoncer à sa famille sa mort prochaine.
Ce sont les retrouvailles avec le cercle familial où l’on se dit l’amour que l’on se porte à travers les éternelles querelles, et où l’on dit malgré nous les rancoeurs qui parlent au nom du doute et de la solitude.

DOLAN ET LE DYSFONCTIONNEMENT FAMILIAL

Dolan, on l’aime ou on le déteste ! Personnellement, je l’adore et son dernier film me le confirme encore davantage. Pourtant, Juste la Fin du Monde n’est certainement pas son meilleur film. La mise en scène du réalisateur québécois y est en effet encore plus maniérée que dans ses précédents films. Ce qui me fascine tant chez Dolan c’est sa capacité à allier le kitsch volontaire des décors et costumes à la classe et au glamour des acteurs qu’il choisit dans ses films. Le film raconte l’histoire de Louis, un écrivain de pièces de théâtre qui est de retour dans la cocon familial après 12 ans d’absence. Cette visite a un objectif : leur annoncer qu’il va mourir.

gaspard-ulliel-critique-film-xavier-dolan-juste-la-fin-du-monde

© Sons of Manual

Les silences et les dialogues se succèdent laissant place à une succession de moment de gêne, de bonheur et de tristesse. Si Louis est le silence incarné, sa famille ne cesse de crier et de se disputer. Derrière leurs cris se cachent des blessures que la famille a gardé enfouies et qui ressortent au moment où Louis se décide enfin à leur rendre visite. Catherine sa belle-soeur est comme un miroir pour Louis. Peu douée pour la discussion et souvent maladroite, les conversations qu’elle aura avec Louis seront moquées par tous les autres. Elle est la seule qui comprend pourquoi le jeune homme est revenu.

>> Découvrez ma critique de Mommy, le chef-d’oeuvre de Xavier Dolan ! <<

LE STYLE DOLAN

La réalisation de Dolan est souvent outrancière et très tape-à-l’oeil. Il nous offre comme à son habitude des grandes envolées lyriques qui sont pour moi de vrais moments de pure émotion. Le style Dolan est bien présent et il n’a toujours pas perdu de son talent. Il apporte toujours autant de soin à sa bande-son qui nous offre de vraies découvertes (notamment cette reprise d' »Une miss s’immisce » par Exotica), mais marque aussi parfois par l’apport de morceaux ultra-kitschs (Il a osé ressortir des cartons le Dragostea Din Tei de O-Zone). Une fois de plus, Dolan met le dysfonctionnement familial au coeur de son film et nous offre des moments d’émotion incroyables.

juste-la-fin-du-monde-critique-xavier-dolan-film-2016

© Sons of Manual

Louis est interprété par un Gaspard Ulliel transcendé depuis qu’il est entré dans la peau d’Yves Saint-Laurent. Sa façon d’intérioriser ses émotions est sublime et l’acteur nous prouve une fois de plus toute l’étendue de son talent. Autour de lui, son frère et sa soeur sont interprétés par Vincent Cassel et Léa Seydoux. Ces deux fortes têtes du cinéma français assument pleinement leurs rôles et incarnent ces personnages pleins d’impulsivité à merveille. Catherine, la belle-soeur de Louis qu’il n’a encore jamais rencontrée a les traits d’une Marion Cotillard bluffante. Un élément réellement à part dans cette famille où c’est un peu la loi du plus fort. Elle ne lève jamais la voix et se fait toujours d’une discrétion sans faille. Ses regards qui veulent tant en dire sur cette femme qui est la seule à comprendre ce que Louis a à leur annoncer m’ont bouleversé. Enfin, Nathalie Baye est comme à son habitude impeccable de justesse.

La bande-annonce

Edgar La Gâchette

JUSTE LA FIN DU MONDE : LA CRITIQUE
Un film dans la pure lignée des précédents de Xavier Dolan porté par un casting au sommet de son art. Si le film n'arrive pas à atteindre le niveau de l'excellent Mommy, il n'en reste pas moins un très beau film particulièrement touchant.
Image / Mise en scène9
Scénario8
Acteurs / Personnages 9
Bande-son9
Rythme7
Émotion / Empathie 8
Les plus
  • Le style Dolan
  • Un casting incroyable
  • Une histoire touchante et une réalisation intense
8.3Note Finale

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.