LE GRAND BLUFF DE DAVID O. RUSSELL

american-bluff-affiche-film

Voilà un film dont je ne vous avais pas parlé lors de sa sortie en DVD, mais sur lequel je tiens à vous faire partager mon avis aujourd’hui. American Bluff est un film de David O. Russell au casting plus que prometteur puisque s’y côtoient entre autre Jennifer Lawrence, Bradley Cooper et Christian Bale. 

Le synopsis : Entre fiction et réalité, AMERICAN BLUFF nous plonge dans l’univers fascinant de l’un des plus extraordinaires scandales qui ait secoué l’Amérique dans les années 70. Un escroc particulièrement brillant, Irving Rosenfeld, et sa belle complice, Sydney Prosser, se retrouvent obligés par un agent du FBI, Richie DiMaso, de nager dans les eaux troubles de la mafia et du pouvoir pour piéger un homme politique corrompu, Carmine Polito. Le piège est risqué, d’autant que l’imprévisible épouse d’Irving, Rosalyn, pourrait bien tous les conduire à leur perte…

INSPIRÉ DE FAITS RÉELS

Son précédent film Happiness Therapy avait été couronné de succès tant critique que populaire. David O. Russell a donc décidé de refaire appel aux deux acteurs principaux (Jennifer Lawrence et Bradley Cooper) de celui-ci dans la réalisation de son nouveau film. Il a donc planché sur ce script librement inspiré de l’affaire Abscam qui s’est déroulée à la fin des années 70. Cette opération était une instrumentalisation par le FBI de jeunes escrocs afin de faire tomber des pointures de la mafia et de la politique plongées dans des affaires de corruption.

Le film commence par une scène qui impose directement l’ambiance so 70’s : on débarque dans un grand hôtel new-yorkais en 1978 : un homme essaie tant bien que mal, devant son miroir, d’agrémenter ses quelques cheveux qui se battent en duel à l’aide d’une touffe artificielle. Ce type, c’est Irving Rosenfeld (Christian Bale), le roi des arnaqueurs. Autour de lui, toute une équipe aux personnages plus hauts en couleurs les uns que les autres : sa ravissante épouse un peu stupide (Jennifer Lawrence), sa maîtresse au décolleté ahurissant et qui lui sert de collègue d’escroquerie (Amy Adams), un agent du FBI qui les a embauchés sur une mission pour faire tomber les grandes pointures de la corruption (Bradley Cooper), ou encore un maire populiste (Jeremy Renner).

284942.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Les deux escrocs vont donc promettre à des personnes crédules qu’elles vont amasser des milliers de dollars par des placements douteux dont ils ne verront bien entendu jamais le fruit. C’est ainsi qu’ils se font repérer par Richie DiMaso, un agent du FBI et qu’ils vont être contraints de collaborer avec lui pour faire tomber les fonctionnaires corrompus. Une mission qui va s’avérer plus surprenante que prévue.

Dès le début, l’ambiance est donnée : on va nous en mettre plein la vue et les oreilles. Il est d’ailleurs à noter l’excellente bande-son très 70’s qui réunit entre autres Paul Mc Cartney, Elton John, Donna Summer, les Bee gees, Tom Jones ou encore Duke Ellington. Visuellement aussi, le film est très réussi.

484615.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

UN CASTING 5 ÉTOILES

Le film est long et il faudra vous attendre à connaître quelques moments d’égarements. Le rythme est inégale : parfois intense et stressant, il redescend trop souvent malheureusement. L’intrigue met un peu de temps à se mettre en place : la première partie du film (voire plus) est assez laborieuse, ceci étant dû au scénario touffu. La deuxième partie du film est beaucoup plus aboutie, et nous fait effacer toutes les longueurs subies auparavant. Le dénouement est particulièrement réussi et on comprend qu’on a face à nous un film qui se mérite : il nous fait traverser quelques scènes un peu longues pour mieux nous étonner dans une dernière partie de film de toute beauté. Les dialogues sont quant à eux géniaux, et il faut dire que le casting talentueux aide beaucoup à les sublimer.

bradley-cooper-dans-american-bluff

Comme je vous l’ai dit précédemment : le casting est d’une finesse rare. Russell a donc convié les stars de ses deux précédents films : Christian Bale et Amy Adams avaient joué dans Fighter en 2010, tant que Jennifer Lawrence et Bradley Cooper avaient joué dans Happiness Therapy en 2012. Jennifer Lawrence nous rappelle qu’elle n’est pas que la Katniss de Hunger Games et que son talent lui permet d’intepréter une gamme très variée de personnages. Sa performance est sublime et elle est certainement la plus convaincante de tout le casting, pourtant très relevé. Christian Bale est quant à lui méconnaissable et métamorphosé. Cet acteur nous prouve film après film toute l’étendue de son talent (rappelons qu’il était l’un des rares à sortir du lot pour le très décevant Exodus – Gods And Kings). Bradley Cooper est quant à lui hilarant : son personnage saugrenu et déjanté lui va à merveille. Quant à Amy Adams, elle joue une femme fatale, et se montre plus charismatique que jamais. Jeremy Renner est aussi méconnaissable et fut pour moi, je le reconnais, l’une des très bonnes surprises du film. Le casting secondaire est aussi convaincant, notamment porté par Michael Pena (vu dernièrement dans Fury) ou l’excellent Robert De Niro.

jennifer-lawrence-american-bluff-faits-réels

La bande-annonce :

Edgar La Gâchette 

[DVD #18] AMERICAN BLUFF
Russell affirme donc ici un peu plus encore son identité cinématographique et ne cache plus du tout l'inspiration Scorsese de ses films. Ce film est puissant, envoûtant, et malgré quelques longueurs, le dénouement en vaut la chandelle. Le casting et la bande-son phénoménale finiront de vous convaincre.
Image8
Scénario8
Acteurs10
Bande-son10
Rythme5
Les plus
  • Jennifer Lawrence fabuleuse !
  • Un scénario alambiqué et surprenant
  • Une bande-son de folie
8.2Note Finale

Une réponse

  1. Bettie

    Nikki Ben / Wow sarina you are an amazing writer! Keep doing what you love and do&8;n217#t let anyone stop you!!!!! Everyone is so proud of you! good luck!!!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.