LE RETOUR DU FILM NOIR

392119.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Voilà un film qui devrait faire parler, et qui sera un sérieux candidat lors de la prochaine cérémonie des Oscars. L’histoire est celle d’un jeune entrepreneur traqué par le FBI et menacé par la mafia qui tente de s’en sortir dans un New-York qui vit l’une de ses années les plus violentes.

Le synopsis : New York – 1981. L’année la plus violente qu’ait connu la ville. Le destin d’un immigré qui tente de se faire une place dans le business du pétrole. Son ambition se heurte à la corruption, la violence galopante et à la dépravation de l’époque qui menacent de détruire tout ce que lui et sa famille ont construit.

UN BIJOU DE NOIRCEUR

Ce film est un petit bijou de noirceur. Dès les premières minutes, on est totalement happés dans un univers magnifiquement filmé par la caméra de J.C Chandor. Toute l’intrigue se passe dans le New-York de 1981, année où le crime gangrène et où la violence a atteint son paroxysme. Dans cet univers violent, Abel Morales, un jeune entrepreneur qui prospère dans l’industrie du pétrole domestique, tente tant bien que mal de survivre face aux pressions de la mafia et aux investigations du FBI. Il souhaite acquérir un terrain immense dans lequel se situent d’anciennes cuves lui donnant accès aux docks et lui permettant de faire prospérer encore davantage son commerce.

005542.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Pourtant, tout son petit monde est en danger : ses camions se font régulièrement attaquer de manière sauvage et froide. Le FBI lui fout un contrôle fiscal des plus perturbants, sa banque finit par le lâcher dans son projet d’acquisition et sa petite famille est menacée sur le seuil même de leur domicile. Le héros veut absolument rester dans ce monde dans lequel même sa femme semble ne pas être toute blanche. On le sent souvent tenté par la corruption et la fraude, mais il se force toujours à rester dans sa ligne conductrice. Même ambitieux, il se refuse toujours à commettre la moindre entorse à la loi malgré les encouragements de sa femme et même de son avocat. Le film est ainsi une sorte d’ode à l’honnêteté, mais parvient à ne pas tomber dans le piège du manichéisme. Mon seul regret ? Un léger sentiment d’inachevé quant au final…

maxresdefault

UNE IMAGE SOMBRE ET ÉLÉGANTE

Visuellement, le film est de toute beauté. Chandor nous dépeint un New-York sombre plongé sous une épaisse couche de neige. Les teintes brunes et beiges de la ville nous offrent un film visuellement très réussi malgré une réalisation très sobre. L’élégance est de mise, et le bling-bling est totalement exclu. Le rythme du film est certes calme et parfois lent, il n’en reste pas moins qu’on est totalement captivés par l’ambiance et l’esthétique de celui-ci.

a-most-violent-year

Côté casting, Jessica Chastain interprète une épouse vénéneuse et pleine d’ambition quitte à outrepasser la loi.  Son jeu est totalement convaincant et l’impose encore un peu plus comme l’une des actrices phares de Hollywood. Oscar Isaac tient ici également l’un des plus beaux rôles de sa carrière. Son rôle d’anti-Scarface lui va à merveille. L’acteur est toujours juste et donne une intensité et une puissance à son jeu qui le rendent irrésistible. À noter enfin la présence de David Oyelowo en inspecteur du FBI tatillon.

Enfin, côté bande-son, Chandor a encore fait appel à Alex Ebert qui avait déjà composé celle de « All Is Lost », un film pour lequel il avait gagné le Golden Globe de la meilleure musique de film. La musique du film est hypnotique à souhait et se fond parfaitement dans l’ambiance feutrée de celui-ci.

4

La bande-annonce :

Edgar La Gâchette

[CRITIQUE CINÉ #143] A MOST VIOLENT YEAR
J.C Chandor nous livre donc ici un film d'une noirceur et d'une élégance rare porté par un casting fort. Très peu de choses à reprocher au film si ce n'est un rythme parfois un peu lent (et pourtant tellement captivant) et un dénouement un peu décevant.
Image9
Scénario8
Acteurs9
Bande-son8
Rythme7
Les plus
  • Oscar Isaac et Jessica Chastain : un duo de choc
  • Une image sombre et élégante
  • Une ambiance sombre et captivante
8.2Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.