UN TABERNACLE DE FILM !

À seulement 25 ans, Xavier Dolan a déjà un sacré bagage ! Et le jeune réalisateur québecois n’a visiblement pas fini de nous étonner puisqu’il a sorti la semaine dernière le très surprenant « Mommy », un film puissant porté par un casting ultra-talentueux que je vous propose de découvrir aujourd’hui. 

Le synopsis : Une veuve mono-parentale hérite de la garde de son fils, un adolescent TDAH impulsif et violent. Au coeur de leurs emportements et difficultés, ils tentent de joindre les deux bouts, notamment grâce à l’aide inattendue de l’énigmatique voisine d’en face, Kyla. Tous les trois, ils retrouvent une forme d’équilibre et, bientôt, d’espoir.
LE GRAND HUIT ÉMOTIONNEL

Le film était l’un des favoris lors du dernier Festival de Cannes et il avait sacrément tapé dans les yeux du jury qui lui avait attribué le Prix du Jury. Il faut dire que tout cela est loin d’être galvaudé pour un film intense qui vous frappera par toute sa splendeur. Le film nous plonge en 2015 en plein coeur du Canada francophone. Une loi vient d’être votée au Parlement permettant aux parents en difficulté financière, sociale ou morale, d’abandonner leur enfant au profit du système de santé.

Diane Desprès nous est présentée comme une jolie quarantenaire, pleine d’énergie et de vivacité. Elle est veuve et mère d’un adolescent particulièrement difficile, et qui tombe facilement dans la violence. Placé au sein d’un foyer, il va se faire virer après avoir mis le feu à la cafétéria, rien que ça ! Diane est donc dans l’obligation de le reprendre chez elle, une idée qu’elle appréhende fortement vu le caractère du jeune homme.

Le drame qui nous est présenté est d’une intensité inouïe, on s’attache très rapidement à ces personnages que l’on sait pourtant certainement voués à un destin des plus tragiques. On en passe par toutes les émotions : indignation, rire, bonheur, tristesse. Vous en verrez de toutes les couleurs.

UN CASTING HAUT DE GAMME

La réalisation du jeune canadien est particulièrement audacieuse et ambitieuse. Il prend des risques dans sa réalisation avec des plans que l’on n’a que trop peu l’habitude de voir au cinéma. À une époque où les réalisateurs se contentent généralement de faire du grand classique, il est l’un des rares qui tente encore des choses, et pour le coup c’est très réussi. Il nous impose par exemple pendant la grande majorité du film un format carré plutôt peu répandu, mais qui prend ici tout son sens. Ce manque d’espace à l’écran étouffe ainsi le spectateur qui se retrouve pris dans une anxiété des plus angoissantes. Les scènes musicales permettent parfois d’ouvrir cet écran et ainsi d’exacerber le sentiment de liberté qui s’en dégage.

Antoine-Olivier Pilon incarne parfaitement le jeune Steve, plein d’énergie mais tellement compliqué à appréhender. Un véritable personnage qu’il parvient à rendre attachant autant que parfois agaçant. Anne Dorval est vraiment la sensation du film : son interprétation est d’une classe remarquable. Jamais fausse, elle nous offre une prestation qui nous fait vivre un véritable ascenseur émotionnel. On s’attache follement à cette mère de famille un peu déjantée, totalement hantée par son chômage, qui tente tant bien que mal de s’en sortir. Imbibée d’amour maternel, elle est perdue, et ne semble plus savoir ce qui est bien ou mal pour son fils. Un fils qui la protège parfois, pour mieux la taper ensuite. Une relation passionnée parfois choquante mais au fond tellement touchante.

Au milieu de ce duo tout feu tout flamme, intervient la voisine, Kyla incarnée par Suzanne Clément, là aussi tellement juste dans son interprétation. Elle incarne une femme timide qui va tenter de stabiliser ses deux voisins. Elle est elle-même totalement extrême dans sa timidité, et semble soigner celle-ci au contact de Steve et Diane. Dolan a parfaitement choisi son casting qui parvient totalement à sublimer les personnages qu’il a créés.

À noter enfin que la bande-originale est particulièrement riche et éclectique avec une diversité impressionnante : on passe ainsi de Dido à Eiffel 65 en passant par Céline Dion !

La bande-annonce :

 
Edgar La Gâchette
[CRITIQUE CINÉ #126] COUP DE COEUR : MOMMY
Voilà le cinéma comme je l'aime ! Un film époustouflant porté par un trio d'acteurs au sommet de leur art. Dolan atteint une maturité étonnante grâce à ce film aux thèmes choquants. Pas une seconde de répit pour ce film de 2h20 qui parvient à capter notre attention tout du long.
Image9
Scénario8
Acteurs10
Bande-son9
Émotions (Drame)9
Les plus
  • Un casting de folie
  • Une bande-son éclectique
  • Le génie Dolan
9Note Finale

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.