RETOUR A LA SIMPLICITÉ

Après trois saisons plus bling-bling les unes que les autres, American Horror Story semble enfin revenir aux sources qui avait fait sa qualité lors des deux premières saisons avec un premier épisode beaucoup moins extravagant.

BYE BYE L’EXTRAVAGANCE

Les teasers dévoilés depuis plusieurs semaines étaient volontairement peu explicites et éveillaient quelque peu notre curiosité concernant le thème de cette nouvelle saison d’American Horror Story. C’est donc avec beaucoup d’impatience qu’on attendait ce premier épisode qui a finalement été dévoilé cette semaine par FX. Ce season premiere est d’une sobriété comparable à celle de son nom « Chapter 1 ». Les premiers plans de l’épisode nous laissent déjà entrevoir le thème de la maison hantée qui avait déjà été l’objet de la saison 1. Pourtant, cette saison risque bien de nous surprendre puisqu’à la fin du premier épisode, on n’est toujours pas certain du thème.

>> Découvrez les 5 meilleurs rôles d’Evan Peters dans American Horror Story <<

american-horro-story-601-saison-6-2016-sarah-paulson-cuba-gooding-jr-critique-épisode-roanoke-nightmare

© FX

Les créateurs de la série ont décidé de revenir à l’essentiel de la série : l’horreur. L’extravagance et l’humour des dernières saisons en avaient lassé certains et même si l’horreur était toujours présente, elle l’était surtout dans la surenchère de plans et d’images gores au possible. Ici, on retrouve le plaisir des « jump scare » efficaces et de l’obscurité de l’ambiance. On commence l’épisode avec une phrase bien connue des amateurs de films d’horreur : « Cette histoire est tirée de faits réels ». On entend ensuite une voix commencer à nous raconter les histoires des Miller. Car il s’agit d’une des particularités narratives de cette nouvelle saison, l’histoire est entrecoupée de témoignages face caméra à la manière d’un documentaire. Chaque personnage a donc le droit à deux interprètes : celui sensé avoir réellement vécu l’histoire et qui témoigne et celui qui joue l’histoire à l’écran.

american-horro-story-601-saison-6-2016-sarah-paulson-cuba-gooding-jr-critique-épisode-roanoke-nightmare-thème-maison-hantée-indiens

© FX

On retrouve ainsi Sarah Paulson et Lily Rabe qui interprètent toutes les deux le rôle de Shelby Miller tandis que Cuba Gooding Jr et Andre Holland se partagent celui de Matt Miller. Un choix étonnant qui nous surprend dans un premier temps mais auquel on s’habitue finalement assez vite. Néanmoins, j’ai un peu de mal à comprendre l’intérêt de ce procédé si ce n’est qu’on souhaite nous immerger encore davantage dans l’intrigue. Le fait de voir que le couple ayant vécu les événements témoigne signifie qu’ils ont survécu à ses événements ce qui gâche un peu le suspens.

EN MODE PROJET BLAIR WITCH ?

La maison des Miller est flippante au possible faite d’un nombre incalculable de couloirs et de pièces plus sombres les uns que les autres. Lorsque les dents se mettent à pleuvoir du ciel sur une Shelby désemparée, on comprend très facilement la référence faite au film d’horreur « Nuits de terreur ». Comme chaque saison, la série est pleine de références de ce genre comme le fameux « Piggy Man » dans l’écran de télévision qui nous fait forcément penser à The Ring. Souvenons-nous également que dans la saison 1, un Piggy Man était déjà présent et commettait des meurtres plus violents les uns que les autres.

>> Découvrez ma critique de l’épisode 1 de la saison 5 d’American Horror Story : Hotel <<

Cette saison semble en tout cas se rapprocher fortement du Projet Blair Witch notamment dans ses dernières minutes. Ici, dans cette maison perdue au milieu de la forêt, une tribu munie de fourches et de torches pénètrent dans la maison afin d’y semer la terreur. A vrai dire, ce premier épisode ne dégage pas un thème très clair. On comprend pour l’instant que la maison des Miller est soit hantée, soit l’objet d’attaques de paysans flippants. La saison s’intitulant « My Roanoke nightmare », on peut déjà en déduire qu’un parallèle sera  fait avec la fameuse Colonie Roanoke aussi appelée « Colonie Perdue » du nom de cette tribu de 116 colons anglais qui ont soudainement disparus au 16ème siècle sans laisser aucune trace. La légende dit qu’ils auraient été sauvagement assassinés par des Indiens.

american-horro-story-601-saison-6-2016-sarah-paulson-cuba-gooding-jr-critique-épisode-roanoke-nightmare

© FX

Ce premier épisode n’a pas encore introduit tous ses personnages puisqu’on ne trouve pour le moment pas de trace de Lady Gaga ou Evan Peters. Un premier épisode qui revient aux sources donc pour le plus grand bonheur des fans qui réclamaient plus de sobriété à la série. Si ce premier épisode était efficace, reste à voir si les neuf autres tiendront la route car American Horror Story a la fâcheuse habitude de commencer sur les chapeaux de roue pour ensuite s’emmêler les pinceaux en cours de saison. Espérons que le fait que cette saison ne comporte que dix épisodes permettra d’éviter cela …

Le trailer de l’épisode 2

Edgar La Gâchette

AMERICAN HORROR STORY : SAISON 6 EPISODE 1 : LA CRITIQUE
Un premier épisode de bonne facture donc qui fait moins dans le clinquant que ceux des saisons précédentes mais qui annonce néanmoins une saison qui devrait être plus cohérente et mieux tenir en longueur.
Image / Mise en scène8
Scénario7
Acteurs / Personnages 7
Rythme7
Horreur 8
Les plus
  • Un casting toujours aussi excellent
  • L'arrivée du génial Cuba Gooding Jr
  • Un retour aux sources prometteur +
7.4Note Finale

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.