UN JAMES BOND MOINS FRINGANT

spectre-affiche-james-bond-2015

© 2015 Sony Pictures Releasing GmbH

C’était l’un des films les plus attendus de cette fin d’année 2015. Le duo Daniel Craig-Sam Mendes se reforme trois ans après un Skyfall triomphal et au succès jamais atteint jusque-là par un James Bond. Spectre en est un véritable prolongement et si il ne jouit pas d’une originalité extrême, il fait le boulot de manière très efficace.

Le synopsis

Un message cryptique surgi du passé entraîne James Bond dans une mission très personnelle à Mexico puis à Rome, où il rencontre Lucia Sciarra, la très belle veuve d’un célèbre criminel. Bond réussit à infiltrer une réunion secrète révélant une redoutable organisation baptisée Spectre.
Pendant ce temps, à Londres, Max Denbigh, le nouveau directeur du Centre pour la Sécurité Nationale, remet en cause les actions de Bond et l’existence même du MI6, dirigé par M. Bond persuade Moneypenny et Q de l’aider secrètement à localiser Madeleine Swann, la fille de son vieil ennemi, Mr White, qui pourrait détenir le moyen de détruire Spectre. Fille de tueur, Madeleine comprend Bond mieux que personne…
En s’approchant du cœur de Spectre, Bond va découvrir qu’il existe peut-être un terrible lien entre lui et le mystérieux ennemi qu’il traque…

LA SUITE DE SKYFALL

Skyfall, c’étais le plus grand succès de l’histoire de la saga James Bond, ce qui a forcément suscité une attente inégalée jusque-là pour ce nouvel opus intitulé Spectre. La tâche était ardue de pouvoir satisfaire la nostalgie des plus anciens dans de la saga tout en trouvant une ligne moderne permettant à la saga de ne pas être dépassée. Réalisé comme le précédent par Sam Mendes, le film situe son action juste après Skyfall. On retrouve un MI6 dans un état lamentable menacé par les nouvelles technologies d’espionnage et du renseignement. La scène d’ouverture à Mexico en pleine Fête des Morts est visuellement très réussie et nous replonge directement dans l’univers de l’agent 007. Le générique n’est peut-être pas aussi  réussi que celui de Skyfall mais reste néanmoins de très bonne facture avec une chanson interprétée de manière peut-être un peu  trop sirupeuse par Sam Smith (dont vous pouvez découvrir le clip ici) qui n’égalera aucunement la bande originale version Adele de 2012.

james-bond-scène-mexico-fête-morts-specre

© 2015 Sony Pictures Releasing GmbH

Tout le film est d’ailleurs bâti sur cette ambivalence entre un passé en décomposition et un futur qui le bouscule. Les agents du MI6 sont très rapidement remis en question tant quant à leurs méthodes que quant à leur efficacité. Pour preuve cette Fête des Morts mexicaine durant laquelle James Bond démontre ses méthodes violentes et coûteuses. Le nouveau chef des services secrets préférerait mettre en place des systèmes de surveillance plus modernes à base de drones et de logiciels d’espionnage ultra pointus. C’est ainsi que James Bond est gentiment remercié et poussé vers la porte de sortie. Mais l’espion n’a pas dit son dernier mot et compte bien mettre un terme à la mission que lui a confié l’agent M juste avant de mourir. Sa mission sera d’ailleurs l’occasion de faire une synthèse de tous les méchants qui ont jalonné son parcours mais également de toutes les femmes qui ont disparu autour de lui.

>> Découvrez qui sera le prochain James Bond ? <<

276382.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

© 2015 Sony Pictures Releasing GmbH

UNE MISE EN SCÈNE A COUPER LE SOUFFLE

Le film est bien entendu l’occasion de découvrir une Léa Seydoux en James Bond Girl. Contrairement à Bérénice Marlohe dans Skyfall qui n’avait qu’un rôle anecdotique, Seydoux marque vraiment le film de son empreinte. Son entrée en scène est néanmoins un peu trop facile et la manière dont elle tombe très rapidement amoureuse de l’agent est à la limite du désespérant. Je regrette d’ailleurs le fait que cet opus soit un brin trop sentimental même si le personnage de Léa Seydoux apporte clairement quelque chose à la saga. Malgré cela, le film est moins émouvant que son prédécesseur. Quelques touches d’humour sont distillées et permettent de sentir passer plus aisément les 2h30 du film. La mise en scène est quant à elle hyper inspirée : on en prend littéralement plein la vue. Des rues de Rome au désert marocain en passant par les Alpes autrichiennes, tous les décors sont impressionnants.

léa-seydoux-daniel-craig-james-bond-007-spectre-2015

© 2015 Sony Pictures Releasing GmbH

Christoph Waltz est un très bon méchant et fait une fois de plus preuve de beaucoup de charisme. Dave Bautista enfile à nouveau son costume de brute épaisse tandis que Monica Bellucci ne fait qu’une apparition éclair. Léa Seydoux est convaincante dans son rôle de Madeleine Swann et Daniel Craig est toujours aussi impeccable. Enfin, la bande-son est également une vraie réussite, comme souvent chez 007.

La bande-annonce

Edgar La Gâchette

007 SPECTRE : LA CRITIQUE
Au final, Spectre est vraiment à placer ans la fourchette haute des James Bond mais il ne parvient néanmoins pas à égaler le niveau du fameux Skyfall. On sent bien que le film se place dans la lignée directe de son prédécesseur mais il ne parvient pas à en réitérer l'émotion. On est néanmoins face à un très bon cru et les scènes d'action sont d'un niveau rarement atteint.
Image / Mise en scène8
Scénario5
Acteurs / Personnages7
Bande-son8
Rythme / Action7
Émotion / Empathie 7
Les plus
  • Le duo Daniel Craig / Léa Seydoux
  • Des scènes d'action ahurissantes
7Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.